Arménie : Le Parlement ouvre le débat sur l'adhésion à la Cour pénale internationale
InternationalPolitique

Arménie : Le Parlement ouvre le débat sur l’adhésion à la Cour pénale internationale

Ce mardi 3 octobre, le parlement arménien a lancé des discussions concernant la ratification du statut de Rome de la Cour Pénale Internationale (CPI). Le projet a été qualifié d’«extrêmement hostile» par Moscou, un allié traditionnel de l’Arménie. Cela arrive à un moment où les relations entre les deux pays se sont nettement détériorées.

Dans le cadre de ce débat, le parlement arménien a dû prendre en compte les réactions de Moscou. Le Kremlin a clairement exprimé son mécontentement concernant cette possible adhésion à la CPI. En effet, le Statut de Rome, qui établit la CPI, est perçu comme une menace par les autorités russes.

Le fait que Moscou ait décrit le projet comme étant “extrêmement hostile” est significatif. “Extrêmement hostile”, ce sont des mots forts qui soulignent l’ampleur de la tension entre l’Arménie et la Russie sur cette question. C’est une indication de la pression que la Russie pourrait exercer sur l’Arménie pour qu’elle renonce à ce projet.

Les relations entre l’Arménie et la Russie sont traditionnellement fortes. Cependant, ces récents développements ont créé une tension considérable. Les répercussions politiques de la ratification du statut de Rome par l’Arménie pourraient donc avoir des conséquences importantes sur ces relations.

Il reste à voir comment cette situation va évoluer. Si l’Arménie décide de poursuivre la ratification du statut de Rome, cela pourrait entraîner une réaction encore plus forte de la part de Moscou. D’un autre côté, si elle cède à la pression russe, cela pourrait être interprété comme un signe de faiblesse par la communauté internationale.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer