La première véritable Ariane 6 se dévoile, prête à décoller
TechnologieScience

La première véritable Ariane 6 se dévoile, prête à décoller

L’Agence spatiale européenne et ArianeGroup ont annoncé que la fenêtre de lancement inaugural d’Ariane 6 s’ouvrira le 15 juin. La fusée est déjà en position verticale au Centre spatial guyanais, prête pour une campagne qui apporte également des nouvelles encourageantes depuis l’Europe. Le secteur spatial attendait ce moment avec impatience.

Après plusieurs années marquées par des retards, les efforts déployés lors de la longue campagne d’essais combinés commencent à porter leurs fruits. Depuis février, on assiste aux dernières préparations d’une véritable Ariane 6 “de vol”. Les équipes du CNES, d’ArianeGroup et de l’ESA ne peuvent plus se permettre la moindre erreur.

Les progrès sont rapides ces derniers jours : les deux étages centraux sont assemblés sur leur site de lancement, accompagnés des boosters à poudre nécessaires à leur ascension dans le ciel. Malgré quelques inquiétudes quant au résultat du premier vol, la confiance règne au Centre spatial guyanais.

En Europe aussi, il y a matière à se réjouir pour Ariane 6. Si les gouvernements et industriels exercent une pression constante sur certains sous-traitants afin qu’ils réduisent leurs coûts, la production des futurs exemplaires avance bien. De plus, les tests réussis du moteur Vinci cet printemps promettent un bon départ pour le lanceur européen.

Le compte à rebours final approche : bientôt la coiffe rejoindra l’ELA-4 flambant neuf et si tout va bien jusqu’à présent, le feu vert sera donné pour le lancement. Il restera alors à atteindre la bonne orbite… et espérer que Ariane 6 défie les statistiques peu favorables qui affectent souvent les premiers vols grâce à ses nombreux essais au sol.

Si le succès est au rendez-vous dès juin, un second vol pourrait être envisagé en 2024. Mais rappelons-le : même si le décollage inaugural est crucial, c’est toute une chaîne industrielle qui doit fonctionner harmonieusement pour assurer un accès régulier à l’espace européen – clients impatients inclus.

La situation géopolitique actuelle complique également les plans spatiaux européens. Avec Soyouz hors jeu suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, beaucoup se tournent vers SpaceX pour combler leurs besoins immédiats en termes de lanceurs.

Malgré cela, il y a lieu d’être optimiste car Ariane 6 vient de recevoir une commande importante pour la constellation Galileo – preuve que sa pertinence n’est pas remise en question malgré certaines critiques. Sa capacité future d’évolution jouera un rôle clé dans l’accès indépendant à l’espace européen. Reste maintenant moins de deux mois avant de découvrir si elle relèvera ce défi majeur.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer