L'actrice Sarah Grappin accuse le réalisateur Alain Corneau d'agression sexuelle et de viols durant son adolescence
JusticeCulture

L’actrice Sarah Grappin accuse le réalisateur Alain Corneau d’agression sexuelle et de viols durant son adolescence

L’actrice Sarah Grappin a récemment partagé dans une interview pour « L’Obs » des détails troublants sur sa relation passée avec le réalisateur Alain Corneau. Elle avait 15 ans à l’époque du tournage de « Le Nouveau Monde », en 1994, tandis que Corneau en avait 52.

Selon ses dires, c’est durant les répétitions qu’a débuté cette emprise psychologique et sexuelle. Corneau lui aurait demandé si elle voulait l’embrasser, un geste qui marquerait le commencement d’une série d’événements plus graves.

Grappin décrit une période d’un an et demi où elle aurait été victime de viols et agressions sexuelles par le cinéaste français. Elle se souvient notamment d’une fois où il l’accueillit en sari indien avant de la pénétrer avec ses doigts. Ces actes auraient eu lieu chez lui mais aussi dans sa voiture.

Face à ces accusations, Nadine Trintignant, ex-épouse de Corneau, nie fermement : “Tout ça est ridicule… Je n’ai pas envie qu’on dise n’importe quoi, surtout sur mon mari, qui est mort et ne peut plus se défendre.”

Sarah Grappin trouve la force de parler après avoir entendu les confessions similaires de Judith Godrèche concernant Benoît Jacquot. Elle évoque comment Corneau justifiait leurs actions en disant que cela arrivait également à d’autres comme Godrèche.

Aujourd’hui, trente ans après les faits, Grappin admet avoir longtemps nié la vérité pour survivre mentalement à ce trauma. La mort du réalisateur en 2010 a signifié pour elle la fin de tout espoir de reconnaissance ou d’excuses pour ces actes inavoués.

Bouton retour en haut de la page
Fermer