Janvier 2024 a été le mois le plus chaud jamais enregistré selon Copernicus
International

Janvier 2024 a été le mois le plus chaud jamais enregistré selon Copernicus

En ce début d’année 2024, la planète a connu un mois de janvier sans précédent. Selon les données récentes de l’observatoire européen Copernicus, le monde a enregistré une température moyenne supérieure de 1,52 °C par rapport à la période préindustrielle entre février 2023 et janvier 2024.

Richard Betts, directeur des études sur les impacts climatiques à l’Office national de météorologie britannique, souligne que « Cela ne signifie pas que nous avons franchi la limite de 1,5 °C fixée à Paris ». Toutefois, il ajoute qu’il s’agit d’un rappel alarmant des changements déjà apportés au climat mondial.

« Il s’agit d’un avertissement brutal de l’urgence des mesures à prendre pour limiter le changement climatique », insiste Brian Hoskins de l’Institut Grantham sur le changement climatique. Johan Rockström du PIK renchérit en qualifiant cette situation de signal désastreux qui montre que nous approchons rapidement du seuil critique.

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) estime qu’à notre rythme actuel d’émissions, nous pourrions atteindre ou dépasser le seuil fatidique dès les années 2030-2035. Le record actuel indique une augmentation globale d’environ 1,2 °C depuis l’époque préindustrielle.

Janvier 2024 se distingue comme le mois le plus chaud jamais enregistré avec une température moyenne de 13,14 °C. Ce chiffre dépasse non seulement celui du précédent record établi en janvier 2020 mais aussi les normales calculées pour la période allant de 1991 à 2020.

Des vagues de chaleur ont frappé diverses régions telles que l’Amérique du Sud où elles ont provoqué incendies et pertes humaines tragiques. En Europe également, notamment en Espagne et dans le sud de la France ainsi que dans certaines parties des États-Unis et du Canada, on a observé une douceur exceptionnelle malgré quelques épisodes froids ponctuels.

La surface océanique n’est pas épargnée par cette tendance haussière puisqu’elle affiche elle aussi un nouveau record avec une température moyenne avoisinant les records absolus tous mois confondus. Malgré un ralentissement attendu lié au phénomène El Niño dans le Pacifique équatorial, les températures continuent leur ascension inquiétante.

Samantha Burgess du service changement climatique (C3S) chez Copernicus exprime sa consternation face à ces nouveaux sommets thermiques : « Une réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre est le seul moyen d’arrêter l’augmentation des températures mondiales ».

Pour finir sur une note encore plus alarmante, selon NOAA il y aurait jusqu’à un tiers de chances que l’année entière soit encore plus chaude que celle passée – déjà record – faisant craindre que 2024 figure parmi les cinq années les plus torrides jamais documentées.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer