Ouzbek expulsé : Darmanin fera «tout pour qu'il ne puisse pas revenir» en France, malgré la décision du Conseil d'Etat
France

Ouzbek expulsé : Darmanin fera «tout pour qu’il ne puisse pas revenir» en France, malgré la décision du Conseil d’Etat

Ce mercredi, Gérald Darmanin, ministre français de l’Intérieur, a pris position sur un cas sensible de sécurité nationale. Il a fermement déclaré qu’il mettrait en œuvre toutes les mesures nécessaires pour empêcher le retour en France d’un ressortissant ouzbek qui avait été expulsé pour soupçon de radicalisation.

Le contexte de cette décision est marqué par une récente injonction du Conseil d’État, la plus haute juridiction administrative française, qui a ordonné que cet individu soit autorisé à revenir sur le territoire français. Cependant, le ministre a exprimé sa détermination à ne pas se conformer à cette directive.

« J’ai décidé de le renvoyer dans son pays (…), qu’importent les décisions des uns et des autres (…). Nous allons tout organiser pour qu’il ne puisse pas revenir. On peut quand même s’en réjouir », a-t-il affirmé sur la chaîne d’information CNews. Par ces mots, Gérald Darmanin a souligné son engagement envers la sécurité nationale et sa volonté de prendre toutes les mesures possibles pour prévenir toute menace potentielle.

Cette affaire soulève des questions délicates quant à l’équilibre entre les décisions de justice et les impératifs de sécurité d’un État. Le ministre de l’Intérieur semble prêt à défendre sa position, même face à une décision de justice contradictoire.

La détermination de Gérald Darmanin à agir dans l’intérêt de la sécurité publique illustre la ligne stricte que le gouvernement français souhaite tenir en matière de lutte contre l’extrémisme et le terrorisme. Il reste à voir comment cette tension entre les autorités administratives et le pouvoir exécutif va se résoudre dans les semaines à venir.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer